Jardins exceptionnels

Le jardin du Prieuré de Locmaria

Le jardin du Prieuré de LocmariaPhoto : Xavier Mignant

Situé le long de l’Odet, à proximité du prieuré, le jardin est aménagé à partir de 1997 de plantes aromatiques et médiévales dans l’esprit des jardins de monastères de l’époque d’Anne de Bretagne (1477-1514). Le symbolisme religieux est bien présent. En son centre, un kiosque abrite une fontaine dont l’eau, symbole de la vie et la purification, s’écoule tels les 4 fleuves qui irriguaient autrefois le jardin d'Eden, le paradis. La pergola en chêne rappelle la voute céleste, les allées forment des croix…

Parcourir les allées de cet espace clos de murs en pierres est dépaysant et pédagogique. Les cultures se présentent en carrés surélevés et sont réparties en fonction de leur utilisation. L’ardoise est très présente. Elle est utilisée en paillis, pour décorer ou comme support à la présentation des plantes. Chaque espèce est soigneusement identifiée avec ses noms latins et français. Ce jardin est unique : c’est le seul du genre sur la ville.

Sa superficie : 1 700 m2.

On y trouve


Environ 150 espèces de plantes (chénopode bon-henri, livèche, poireau perpétuel, bardane, fève, violette, digitale, belladone, carthame, chardon-marie, ancolie, juliette des dames, vipérine, roses, arbres fruitiers, seigle, avoine …).

De nombreuses plantes à l’usage oublié, réparties selon leur utilisation : céréales alimentaires, comestibles, aromatiques, médicinales, tinctoriales, décoratives, etc.
Accès par la place Bérardier et la rue Commandant Avril. 
Labellisé Jardin remarquable et Espace vert écologique (Eve).
  Logo EVE       Logo jardin remarquable
Ouvert tous les jours à partir de 9h, fermeture variable suivant la saison.

Le jardin de la Retraite

Jardin de la retraite

Protégé par les remparts de l’ancienne ville fortifiée, le jardin de la Retraite est un lieu original, composé comme une suite de trois jardins thématiques communiquant entre eux par des marches ou des portes.

  • Le jardin subtropical (collection de bananiers)
  • La palmeraie (collection de palmiers)
  • Le jardin sec (plantes du Mexique, Afrique du Sud, Australie…)

À l’origine, cet espace appartenait aux chanoines de la cathédrale. Au cours du 17e siècle, il est occupé par la communauté des Dames de la Retraite. Les terrains et les bâtiments voisins sont rachetés par la Ville en 1977. Le jardin est ouvert au public en 1979 tandis que les services municipaux (archives et urbanisme) et une maison de retraite occupent depuis les bâtiments.

Sa superficie: 4 500 m2

A découvrir


La tour Névet, datant du 13e siècle, dernière des 5 tours des remparts de la vieille ville.
Des pierres tombales rappelant qu’une partie de jardin servait de cimetière.

On y trouve


De nombreuses plantes tropicales.
Une très belle collection de végétaux exotiques qui se sont bien adaptés au climat breton. 

Accès par la rue Élie Fréron et la rue des Douves.

Ouvert tous les jours à partir de 9h, fermeture variable suivant la saison.

Le jardin de la Paix

Jardin de la paix

Le jardin de la Paix est situé en surplomb du jardin de la Retraite., il propose un univers totalement différent tourné vers la méditerranée. Ici, la présence de l’olivier et du pin d’Alep rappelle le caractère symbolique de ce lieu dédié à la paix. Ce jardin est très récent : les travaux ont débuté en 2009 avec le percement d’un mur et la création d’un escalier de granit, suivis du terrassement, des créations des arches, l’installation de l’oued, des rocailles, du vignoble... En 2013, les plantations sont achevées, le jardin de la Paix s’ouvre au public. On peut s’y balader le long des calades et allées de cyprès, s’arrêter sous la pergola à huit piliers ou encore admirer le panorama exceptionnel sur le cœur historique de Quimper avec une vue rare sur les flèches de la cathédrale.

Sa superficie : 940 m2

On y trouve


Uniquement des plantes de méditerranée : myrte, olivier, lavande, ciste, cyprès, vigne, pin d’Alep, etc.
Accès par la rue Élie Fréron et la rue des Douves. Ouvert tous les jours à partir de 9h, fermeture variable suivant la saison.

Le jardin du théâtre Max Jacob

À quelques mètres des quais de l’Odet, le jardin du Théâtre rassemble des espèces très diverses et parfois rares. Composé selon un style proche du romantisme anglais, il est agrémenté d’une pièce d’eau et de plantes de milieux humides ainsi que d'une fontaine Wallace à colonnettes. Un escalier de quelques marches en pierre permet d’arriver sur des allées en herbe qui délimitent la très belle roseraie. On y découvre quelques beaux et vieux spécimens d’arbres. C’est l’un des jardins quimpérois les plus anciens (1904). Il est inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

La roseraie du Théâtre Max Jacob
Sur une surface de 600 m², c’est un espace principalement dédié à la rose, à ses couleurs et ses parfums. Accompagnée, de façon paysagère, de plantes vivaces et de végétaux de collection, la roseraie ajoute une ambiance très particulière vous invitant à rester flâner dans ce petit paradis.

Avec la création du pôle Max Jacob en 2015, le jardin du Théâtre a pris de l’envergure. Côté quai, les promeneurs sont toujours accueillis par le théâtre Max Jacob dorénavant accompagné du Novomax, nouveau bâtiment dédié aux pratiques musicales et culturelles. Sa façade vitrée et son bardage en bois de châtaignier sont en harmonie avec l’ambiance du lieu. Rue Aristide Briand, le jardin bénéficie d’une surface supplémentaire qui se répartit entre un espace pédagogique et ses jardinières.

Superficie : 11000 m2.

On y trouve


Un Ginkgo biloba, un tulipier de Virginie, un séquoia géant, de nombreuses variétés de roses, des magnolias, Métaséquoia, Thuya plicata, saule tortueux et d’autres espèces venant de Chine, du Japon,  des Amériques du nord et du sud.

À découvrir

La statue des deux amoureux, la fontaine Wallace

Accès depuis le boulevard Dupleix.

Le pollinarium sentinelle

Pollinarium sentinelle

Inauguré en 2013, le pollinarium de Quimper est situé dans la zone de l’Hippodrome. Il est un outil imaginé par l’Association des pollinariums sentinelles de France (APSF), dans le but de lancer des alertes au pollen, précoces et ciblées, à destination des personnes allergiques. C’est le quatrième du genre en France.

La prévision des pics polliniques présente un intérêt de santé publique, car celle-ci permet aux allergologues, constitués en réseau, d’informer leurs patients. Actuellement, les alertes effectuées en pleine période d’émission de pollen se basent uniquement sur l’information générée à partir de capteurs aériens.

Dans un pollinarium sentinelle, les émissions de pollen sont observées directement sur les espèces incriminées et dans des conditions représentatives d’une zone. L’information générée de cette manière devance celle des capteurs d’environ trois semaines. Ainsi, l’installation d’un pollinarium sur Quimper représente une nette amélioration du quotidien des personnes allergiques dans un rayon de 40 kilomètres.

Cette idée originale vient de Claude Figureau, ancien directeur du Jardin des plantes de Nantes, à l’origine de la création de l’APSF. Il a lui-même validé le choix de la parcelle du pollinarium de Quimper, située dans la zone de l’Hippodrome.

La conception et la mise en place du dispositif, réalisées par le service des paysages, ont également reçu l’approbation de l’APSF. Les observations de terrain sont faites par des jardiniers volontaires et sont communiquées aux allergologues.

INFORMATIONS


Plus d'informations sur : alertepollens.org
Accès rue Guy Autret
Ouvert tous les jours à partir de 9h, fermeture variable suivant la saison.

D’autres jardins notables

Le jardin des Douves

Le jardin des Douves

C’est un espace aménagé dans l’ancienne douve au pied des remparts et de la tour Nevet du XVIe siècle.
La végétation subtropicale (palmiers et plantes originaires de Chine et d’Amérique) fait le lien entre le jardin d’acclimatation de la Retraite et le jardin du Conservatoire qui lui fait face.

Le jardin du conservatoire

Le jardin du conservatoire

Le jardin du Conservatoire est un jardin exotique aux tons rouge orangé. On y découvre notamment l’arbre de feu du Chili (Embothrium coccineum) le Crocosmia ‘Lucifer’ ou le Baliser rouge (Canna indica). Face aux jardins de la Retraite et de la Paix, on y accède par la rue des Douves.

Sa superficie : 1000m² environ

Le jardin de la médiathèque

Le jardin de la médiathèque

Créé en 2008 pour accompagner la Médiathèque Alain Gérard (ex Ursulines), le jardin évoque un cloître médiéval dont les tilleuls taillés en "marquise" parachèvent les arches de l'aile nord du bâtiment. Le jardin est de style contemporain. Il s'inspire du thème "noir et blanc" évoquant le "Gwen-ha-du" du drapeau breton.  Le jardin est construit selon un ensemble de lignes végétales structurantes évitant les traversées de massifs et séparant les tapis de plantes noires des tapis de plantes blanches.

Le jardin des cultures

Le jardin des culturesJean-Jacques Banide

Situé entre la bibliothèque de Penhars et le Centre Culturel Musulman, l'espace de 1 200 m² est un lieu d'accueil intergénérationnel et multiculturel. Il abrite un jardin aux consonances africaines et mauresques avec pergola bleue, mobilier en acier corten découpé, plantes d'Afrique (figuiers, agapanthes...).

 Le jardin de Creac’h Allan, Kerfeunteun

Le jardin de Creac'h Allan

Avec sa superficie de 1216m2 il est le plus grand square quimpérois. Jardin dont le blanc est la couleur dominante, on y trouve quelques beaux arbres ainsi qu’une aire de jeux et un terrain de pétanque.

La carte interactive des jardins publics

Service des paysages

Hôtel de Ville et d'Agglomération

44, place Saint-Corentin - 29000 Quimper - Tél. 02 98 98 88 87 - espaces.verts@quimper.bzh