Information sur le réseau des eaux usées de l'agglomération

Information sur le réseau des eaux usées de l'agglomération

Information sur le réseau des eaux usées de l'agglomération Travaux sur le réseau des eaux usées
Le 27/11/2020 • Mis à jour le 11/12/2020 | 09h35

Fin octobre, Quimper Bretagne Occidentale signalait un incident de canalisation sur le réseau des eaux usées de l’agglomération. La collectivité, l’entreprise délégataire, sous le contrôle des services de la police de l’eau, ont tout mis en oeuvre pour limiter au maximum la pollution dans l’Odet et les nuisances pour les riverains et réaliser les travaux en toute sécurité, notamment pour les ouvriers, et dans les délais les plus brefs.

Comment fonctionnent et sont exploités les réseaux ?

Quimper Bretagne Occidentale est propriétaire du réseau et des unités de traitement. La collectivité assure le renouvellement des canalisations et du génie civil, les extensions de son réseau et la modernisation des stations. Elle a confié le fonctionnement et l’entretien, par délégation de service public des entreprises privées.

Dans le cadre des contrats d’affermage, le délégataire a assuré le bon fonctionnement du service d’assainissement. Il a la charge de l’entretien du réseau et de certaines tâches de renouvellement sur les matériels tournants, les équipements électromécaniques et les branchements. Il assure l’ensemble des relations avec la clientèle (demande de branchement, réclamation).

Le service d’assainissement est assuré au travers de deux contrats d’affermage :

  • Quimper : Contrat ‘’Ville de Quimper’’ d’affermage avec la SAUR pour 12 ans (prise d’effet le 3 février 2011)
  • Ergué-Gabéric / Guengat / Plogonnec / Plomelin / Ploneis / Pluguffan : Contrat ‘’Quimper Périphérique’’ d’affermage avec la SAUR pour 12 ans (prise d’effet le 3 février 2011)

Zoom sur la station d’épuration du Corniguel

La station d’épuration, inaugurée en 2003, est discrètement intégrée dans le paysage, tout au bout de l’avenue du Corniguel, face à la baie de Kerogan.

Elle reçoit les effluents des communes de Quimper, Ergué-Gabéric, Guengat, Plogonnec, Pluguffan et Plomelin.

70 000 habitants sont ainsi raccordés. S’y ajoutent les industriels implantés sur le territoire de l’agglomération, ainsi que ceux situés dans la zone d’activités de Troyalac’h à Saint-Evarzec.

Les industriels représentent l’équivalent de plus de 100 000 habitants. Cela équivaut à 17 000 m3 d’eau traitée par jour, soit 20 piscines.

La station est calibrée pour 250 000 équivalents habitants. Les eaux sont acheminées à la station par deux postes de refoulement. Le PR du Halage et le PR de Kerogan (sur les deux rives de l’Odet). Le PR du halage, rive droite, collecte les deux tiers des effluents admis sur la station. C’est donc une ingénierie lourde et des moyens conséquents qui sont déployés pour sécuriser le réseau d’eaux usées.

Point sur l’incident et les actions déployées : objectifs, remise en service et protection du milieu

Une canalisation a cassé dans la nuit du 18 novembre, obligeant à la mise en oeuvre de mesures d’urgences.

L’exploitant, le service de la collectivité et l’entreprise SPAC ont immédiatement étudié différentes solutions en tenant compte des nombreuses contraintes d’intervention sur le chantier, de la protection du milieu et de la durée d’intervention.

Après échange avec la Police de l’eau, Quimper Bretagne Occidentale, avec son délégataire, avait alors décidé de mener plusieurs actions :

  • Une mobilisation exceptionnelle pour limiter les rejets

Mettre en place, au niveau du bassin du CAP un dispositif de pompage sur le réseau d’eaux usées, au moyen de camions hydrocureurs d’une capacité de pompage de 25 m3 en 3 mn pour collecter un maximum d’effluents, pour les transférer à la station d’épuration et ainsi limiter les rejets d’eaux usées au milieu naturel.

Le 19 novembre avec l’appui des agriculteurs, sept autres points de pompages temporaires ont été mis en oeuvre par le délégataire à la demande de la collectivité suite à l’arrêt d’une partie des postes de refoulement du centre et de l’Est de Quimper.

Le dispositif de pompage temporaire représentait une capacité d’interception de l’ordre de 400 m3/h soit environ 9 600 m3/j. Cela a permis de limiter très fortement les rejets dans la rivière. Dès le vendredi et jusqu’à la fin de l’opération, cette mobilisation a permis d’éviter tout rejet important dans l’Odet.

  • Un engagement H24 pour remettre le réseau en service

Réaliser des travaux de terrassement de remplacement des canalisations sur 36 mètres linéaires par l’entreprise SPAC qui a travaillé en 2x10h par jour.

La gestion de la situation au sein des services de Quimper Bretagne Occidentale a permis de travailler en cohérence grâce à une opération transversale et une information continue de la situation avec les services de l’Etat, les élus, le délégataire, les ostréiculteurs et les pêcheurs.

Le délégataire a par ailleurs réquisitionné du personnel d’autres secteurs et assuré une présence 24h/24h. Les agents de Quimper Bretagne Occidentale ont été présents autant que de besoins. Le chantier a été achevé et a permis une remise en service le dimanche 22 novembre. Quimper Bretagne Occidentale souhaite remercier l’ensemble des intervenants pour leur réactivité et le travail collectif, qui ont permis de limiter fortement les conséquences en matière de pollution.

Retour sur les résultats des analyses menées sur le milieu

En accord avec les services de l’Etat, un protocole pour le suivi de l’impact sur la qualité de l’Odet a été mis en place pendant toute la phase de chantier et la semaine suivante avec, à l’appui, des prélèvements pour des analyses régulières pour assurer la surveillance du milieu et connaître l’impact des rejets. Les premiers résultats d’analyses ont montré un impact réel mais limité sur le milieu.

Dès le vendredi 20 novembre, les analyses ont montré l’amélioration sous l’effet des pompages temporaires mis en place par Quimper Bretagne Occidentale pour éviter les rejets dans l’Odet pendant les travaux. Les jours suivants, ces concentrations ont diminué considérablement.

Ifremer a ainsi classé cette pollution comme limitée. Le préfet doit prendre un arrêté aujourd’hui pour lever partiellement les interdictions.

De nouveaux prélèvements sont prévus ce vendredi et mercredi prochain sur les huitres pour permettre de lever totalement les interdictions en fin de semaine prochaine.

Les actions engagées pour demain

Cet épisode démontre toute la nécessité de mener un travail de fond pour renforcer l’action publique sur ces éléments essentiels.

Plusieurs travaux de sécurisations essentiels seront à mener :

  • Remplacer les refoulements des deux postes - 2021-2022,
  • Créer dès que possible deux bâches de sécurisation - 2021-2022,
  • Construire une Hypervision sur l’eau et l’assainissement - Horizon 2022
  • Lancer les schémas Directeurs Eau & Assainissement - en 2021.