Théâtre Max Jacob : histoire d’un lieu culturel

Le legs Couchouren

Urbain Couchouren : généreux donateurVoir l'image en grand Urbain Couchouren : généreux donateur du terrain du futur théâtre municipal.Urbain Couchouren lègue en 1892-1893 à la ville de Quimper un vaste terrain d’un hectare, rive gauche, bordé par l’Odet. Le legs doit servir à la construction d’un hospice de vieillards. Mais après de multiples consultations et procès juridiques contradictoires remontant jusqu’au Conseil d’Etat, un décret du 20 août 1899 signé du président de la République Emile Loubet autorise la ville à conserver la prairie Couchouren pour la construction du théâtre moyennant la remise d’une somme de quatre vingt mille francs à l’hospice. Max Jacob dans son roman à clefs « Le terrain Bouchaballe » s’en inspirera vingt ans plus tard avec délice.

Le projet de nouvelle salle de spectacle pour Quimper (1900-1903)

Chantier de construction du théâtre en 1903.Voir l'image en grand Chantier de construction du théâtre en 1903, les blocs sont taillés sur place.La ville retient le projet de l’architecte nantais Georges Lafont à qui l’on doit la construction de plusieurs hôpitaux et hospices et la station balnéaire de la Baule où il a créé près de 200 chalets.

Les travaux débutent au printemps 1902 et les ouvriers entament en décembre les travaux de couverture.

Le sculpteur nantais Gaucher est désigné pour réaliser les sculptures de façade tandis que les décors intérieurs de la salle des fêtes sont confiés à l’artiste parisien Eugène Adrien Karbowski.

Le jardin du Théâtre

Plan panorama du jardin à l’arrière du théâtre vers 1910Voir l'image en grand Plan panorama du jardin à l’arrière du théâtre vers 1910.Dans un espace restreint fait de tours et de détours, chênes, sapins, saule pleureur, charmille, palmier cohabitent avec un toreya, un ginko biloba, un tulipier de Virginie, un séquoia géant et rhododendrons rappelant l’implantation en terre bretonne.

A l’arrière du théâtre, bassins et jets d’eau alimentés par un ruisseau mis à jour lors des travaux d’aplanissement du terrain rafraîchissent la promenade en attendant une fontaine Wallace acquise par la municipalité en 1910. Un petit pont habille l’un de ses bassins ; d’abord en bois, il est reconstruit en béton en 1913. Dès septembre 1904, quatre premières statues en bronze sont installées par la municipalité dont La Fortune d’Elias Robert mais aussi trois nus à l’antique provenant des collections du musée. En 1906, un bronze, Bacchus inventant la Comédie, rejoint la pelouse face au théâtre.

Ce musée à ciel ouvert, disparaît en 1942. L’occupant allemand, impose une collecte des métaux non ferreux destinés à la refonte. Quatre statues sont alors prélevées et une cinquième brisée est abandonnée sur place ornant désormais la salle des pas perdus du théâtre.

Du vieux théâtre à la Scène Nationale 1904-1998

Façade du théâtre en 1904 (fonds Allard, AMQ)Voir l'image en grand Façade du théâtre en 1904 (fonds Allard, AMQ).La soirée inaugurale de gala a lieu, le 19 février 1904. Le spectacle, proposé par la troupe de Brest, est composé de l’opéra de Gounod, Mireille et de la pièce de Théodore de Banville intitulée Le Baiser. Tous deux remportent un franc succès auprès de spectateurs conquis par le lieu. Frédéric Le Guyader, poète et conservateur de la bibliothèque, apporte sa pierre bretonne à l’édifice en composant en quelques vers l’histoire du théâtre à Quimper.

Désormais les troupes de comédiens vont être régulièrement accueillies. Le théâtre sert également aux spectacles de bienfaisance, aux sociétés musicales quimpéroises qui y donnent des concerts et séances du cinématographe. La tournée Charles Baret tient une grande place dans la programmation. A partir des années vingt, on joue surtout des pièces de comédie. Certaines sont jouées plusieurs années de suite comme Napoleonette du théâtre Sarah-Bernhardt. Soirées bretonnes, fêtes et galas y sont organisés comme pour la foire exposition de Quimper à partir de 1932 et la fête de la légion d’honneur.

Le boulevard du théâtre en 1904Voir l'image en grand Le boulevard du théâtre en 1904.En 1957, le théâtre vieillissant est restauré (plafonds, murs, parquets). Malgré la présentation dès 1962 d’une première pièce de S. Beckett, Fin de partie, le théâtre poursuit une programmation sans surprise jusqu’au début des années quatre-vingt.

Jusqu’en 1970 la ville n’exploite toujours pas elle-même le théâtre. Celui-ci est mis à la disposition de tournées théâtrales sédentaires ou itinérantes moyennant le paiement d’un bail.

Quimper Scène Nationale

En 1984, la création de l’office d’action culturelle (OAC), sur un statut associatif permet d’élargir l’offre culturelle du théâtre promouvant et diffusant le spectacle vivant. Le jazz fait son entrée tandis qu’apparaissent les premières actions destinées à un jeune public et que naît la collaboration avec les MPT. Si les grandes compagnies régionales sont désormais accueillies, le changement de municipalité en 1989 marque le lancement d’une véritable politique culturelle. L’OAC disparaît au profit de l’association de développement culturel (ADC). Désormais, la programmation du théâtre classique s’enrichit largement d’un théâtre contemporain à la rencontre d’un nouveau public.

A la fin 1994, le théâtre franchit une nouvelle étape dans son histoire, l’ADC devenant ADC/Scène Nationale de Quimper. L’établissement est rénové entre 1993 et 1995. Façades, toiture et jardin sont inscrits à l’inventaire du patrimoine historique.

A la suite de l’attribution du label Scène Nationale, Michel Rostain, nommé à la direction du théâtre jusqu’en 2008, metteur en scène et fondateur de la compagnie de théâtre lyrique et musical Un théâtre pour la Musique,se donne pour mission de « redonner [au public] le goût du théâtre, un théâtre public où le public puisse rencontrer des œuvres, des comédiens, des musiciens,…Bref le langage d’aujourd’hui ». C’est dans le vieux théâtre que la Scène Nationale fait ses premières armes en attendant le nouveau théâtre de Cornouaille. Toutefois l’ouverture du nouvel établissement en 1998 ne conduit pas à la fermeture du vieux théâtre qui continue depuis cette époque à accueillir représentations théâtrales et spectacles variés, fidèle ainsi à sa vocation de polyvalence.

Ville de Quimper
Contact

Hôtel de ville et d'agglomération de Quimper
44 place Saint-Corentin
CS 26004 - 29107 Quimper cedex
02 98 98 89 89 - contact@quimper.bzh

Horaires

Ouverture de l'accueil
En semaine : 8h30 - 18h
Samedi matin : 9h - 12h

Ouverture de l'état civil
En semaine : 8h30 - 17h
Samedi matin : 9h - 12h